Coing-coings

« Coings poêlés au miel » et « Confitures magiques de coings »

Il y a des choses simples dans la vie :

se poser au soleil
écouter les bruits de la ville, de la campagne
ouvrir un livre et le savourer
regarder les feuilles couleur d’automne
boire un verre avec un ami, une amie, des amis
préparer un repas et s’en délecter
rire aux éclats
faire des confitures
admirer le ciel au coucher du soleil

Si nous y veillons bien, chacun de nous a ses petits bonheurs, chaque jour, qui se renouvellent. Pour les trouver, il suffit de poser son regard dessus, de regarder de leur côté, de les attraper quand ils sont là et de les faire grandir. Alors regardez bien, là, juste autour de vous, ne seriez vous pas en train de passer à côté de l’un d’eux ?

Coing Coing

Les coings sont pour moi les fruits qui symbolisent le mieux l’automne, jaunes comme de gros soleils d’été indien et parfumés comme aucun autre.

Et que ceux qui disent qu’à part des confitures on ne peut rien en faire ouvrent leurs yeux, leurs oreilles

Coings poêlés au beurre et au miel

Par coing-coing :

2 coings
1 noisette de beurre salé
1 cuillère à soupe de miel

1 – Éplucher et couper les coings en gros quartiers. 2 – Faire fondre le beurre dans une poêle puis ajouter les coings, le tout à feu moyen 3 – Quand les coings commencent à dorer, ajouter le miel. 4 – Laisser caraméliser quelques minutes 5 – Servir chaud ou tiède ou froid -pas contrariante que je suis- , seuls ou avec une boule de glace au pain d’épices ou sur des tranches de pain d’épices grillées -moi j’dis ça, j’dis rien…

 

Confitures de Coings

Je n’aime pas trop la gelée de coings, alors je n’en fais pas ! Par contre j’adore la marmelade de coings et donc, j’en ai fait ce week-end. Il reste malgré cela une quantité incroyable de coings sur l’arbre, ce qui laisse encore plein de possibilités à venir…

Confiture coing-pamplemousse et sa variante, coing-pamplemousse-graines du paradis

Il y a dèjà quelques années, j’avais fait de la marmelade de coing avec du pamplemousse et j’avais trouvé ça pas mal mais alors pas mal du tout. Donc, tout naturellement, l’envie de retenter l’expérience s’est faite sentir.

Refaire, oui mais changer aussi, d’où l’essai d’une variante, essai très concluant je dois le dire.

Traditionnellement les confitures contiennent 500g de sucre pour 500g de fruits, mais elles sont bien trop sucrées à mon goût. Aussi je réduit à 350g de sucre pour 650g de fruits -à dire vraiment vrai je ne sais jamais précisément parce que je réajuste au fur et à mesure avec fruits ou sucre.

Pour 9 pots de confiture :

1,8 kg de coings (chair)
3 pomelos
1kg de sucre de canne
(1 cuillère à café de maniguette (=graines du paradis) moulues)

1– Éplucher et couper les coings -pour cette étape équipez-vous d’une ou deux copines. 2 – Râper les coings -grosse râpe pour petites mains. 3 – Prélever les suprêmes de pamplemousse, c’est à dire la chair rose et juteuse -on ne garde que le meilleur pour la faim. 4 – Dans une cocotte-casserole-bassine à confiture, mettre les coings râpés et le sucre à cuire à feu moyen-vif -oui, je sais, c’est un concept du genre dur-tendre ou encore sec-humide, mais bon…- et couvrir de façon à bien laisser les fruits compoter. 5 – Au bout d’une heure de cuisson, ajouter les suprêmes de pamplemousse -ça fait très princesse les suprêmes, n’est-ce pas charmant ?- et couvrir de nouveau en baissant le feu. 6 – Une demie-heure plus tard, découvrir et laisser réduire à feu doux, tout doucement, encore et encore, jusqu’à ce que la magie opère… Vous verrez le coing change de couleur à la cuisson et devient rosé, c’est magnifique -vous avez là une occasion géniale d’enrichir votre stock de petits bonheurs simples du jour… 7 – Mettre en pots, boucher et retourner les pots jusqu’à refroidissement -création de vide utile et du petit « ploc » d’ouverture. 8– Vous pouvez en garder une partie dans laquelle vous ajoutez la maniguette pilée pour faire la variante coing-pamplemousse et graines du paradis. Puis la mettre en pots.

Je sais que ce n’est pas la pleine période des pamplemousses. Mais plutôt que de me jeter la pierre, ce que je vous propose, c’est de faire cette recette, de la goûter et après on en re-cause autant que vous voudrez…

Des idées pour varier :

– remplacer le pamplemousse par de l’orange
– remplacer la maniguette par du poivre
– remplacer le coing par des pommes -mais là vous changez de confitures, c’est une variante extrême!

Confiture de coings au thym et miel de tilleul

Pour 5 pots :
1,4 kg de coings
125g de miel de tilleul
600g de sucre
4-5 branches de thym frais

Quand on a une base, toutes les variations sont possibles.

1 – Idem à la précédente recette 2 – Pareil 3 – Attention piège : dans cette recette il n’y a pas de pamplemousse…. 4 – Misma cosa 5 – Et non, on n’ajoute pas les suprêmes de pamplemousse. Qu’est-ce qu’on a dit au 3 – ? Par contre on peut ajouter le thym et le miel. 6 – Tout pareil. 7 – A moins que vous trouviez d’autres contenants, le pot à confiture reste une valeur sure pour contenir des confitures. 8 – Pas de pamplemousse, pas de maniguette, donc pas d’étape 8 !

Des idées pour varier :

– remplacer le thym par d’autres herbes fraîches : sarriette, romarin par exemple
– remplacer le miel de tilleul par un miel différent : toutes fleurs, acacia, tournesol…
– enlever le thym et le miel et le remplacer par du pamplemousse rose et de la maniguette. Tiens ça me rappelle quelque chose…

Publicités